Lemroudj_Setif_Algeria

Lemroudj_Setif_Algeria

Solidarité spontanée des villageois

Le jeudi 18 décembre 2008 fût un jour relativement ensoleillé et doux. Les habitants de Lemroudj ont profité de cette belle journée pour se rendre aux champs cueillir les olives. Quelle joie ! Quel bonheur ! Mais personne n'a pensé un seul instant qu'en fin de journée un événement inhabituel allait les effrayer et faire revivre en eux la solidarité communautaire largement utilisée par leurs pères et leurs grands pères pour venir à bout des difficultés rencontrées.

 

En effet, vers 18 h, le chauffeur, qui est aussi propriétaire du camion transportant près de 20 tonnes de papier destiné pour l'unique imprimerie du village Lemroudj, informa le gérant de cette dernière qu'il se trouvait à Ouled Ali et qu'il allait arriver dans peu de temps.

 

Le gérant de l'imprimerie procéda alors au déplacement de son petit camion et de la voiture de son frère qui se trouvaient à l'entrée du bâtiment où devait être entreposé le papier.

 

Mais, cinq minutes plus tard, le chauffeur du même camion affrété l'appela pour lui annoncer la  mauvaise nouvelle. Il a failli se renverser avant d'arriver au grand tournant de Anza Ali Ouziane.

 

Le gérant de l'imprimerie monte dans son camion et se dirige vers le lieu indiqué pour s'enquérir de la situation du chauffeur, de celle du camion et de la marchandise transportée.

 

Arrivé sur les lieux, le gérant constata que le pire a été évité de justesse, puisque le chauffeur est sain et sauf. Toutefois, le camion est très déséquilibré et qu'il est urgent de le secourir et de trouver des solutions pour éviter qu'il se renverse avec sa cargaison.

 

En effet, avant d'arriver au tournant, à environ une trentaine de mètres, le chauffeur a tellement serré à droite que les roues sont sorties de la chaussée goudronnée et se sont retrouvées sur une bande de 60 cm en dessous de laquelle se trouvent les canalisations d'eau potable récemment réalisées. Pas assez compactée, la chaussée n'a pas résisté au poids du camion et de sa charge. Les roues se sont alors enfoncées dans la terre jusqu'à ce que le train avant et la roue de secours se trouvant à l'arrière touchent le sol.

 

Sur leur sillage, les roues de droites ont creusé un fossé profond de près de 60 cm. Ce qui a déséquilibré le camion et failli le renverser. Sur la droite de la chaussée se trouve une pente de près de 45°. Le renversement du camion aurait entraîné de gros dégâts tant pour son propriétaire que pour l'imprimerie pour laquelle est destinée la cargaison de papier transportée. Grâce à Dieu le pire est évité.

 

Aussitôt l'information diffusée de bouche à oreille, tous les villageois, jeunes et vieux accoururent pour proposer leur aide. En très peu de temps, malgré le froid glacial, une foule nombreuse s'est rassemblée sur les lieux.

 

Les premiers actes de secours ont consisté à éclairer les lieux avec des projecteurs, à ramener six  poutres métalliques pour soutenir le camion et l'empêcher de dégringoler, à implanter des piquets en fer sur la chaussée et à attacher le camion avec des cordes et câbles en fer.

 

Une fois, le camion et sa cargaison mis en sécurité, le gérant de l'imprimerie, avec l'aide des villageois, put obtenir le numéro de téléphone du propriétaire d'un gros camion de dépannage fait spécialement pour intervenir en pareil cas.

 

Après avoir négocié le prix à payer, le dépanneur avait donné son accord pour rejoindre immédiatement les lieux de l'accident. Il devait arriver vers minuit. Mais, aussitôt après, il appela le gérant de l'imprimerie pour lui annoncer que le moteur ne veut pas se mettre en marche et qu'il viendrait donc le lendemain très tôt.

 

Le gérant de l'imprimerie, n'étant pas rassuré, s'est rendu à Sétif le vendredi à partir de six heures trente minutes. Le but est double ; aller à la rencontre du dépanneur pour le guider vers le village Lemroudj et au cas où ce dernier aurait changé d'avis, il pourrait voir un autre sans perdre de temps.

 

Finalement c'est le premier dépanneur qui est venu. Mais, en cours de route, à Ain Mergoum, à mi chemin entre Lemroudj et Sétif, il fût appelé à venir au secours d'un autre camion qui s'est renversé la veille. Ceci a quelque peu retardé l'arrivée du dépanneur attendu pour dix heures du matin.

 

Malgré la pluie et le froid, très tôt le matin du vendredi, les villageois se sont rendus en masse sur les lieux de l'accident afin d'apporter leur aide en attendant le camion dépanneur. Ils ont tous réagi comme si le camion et sa cargaison leurs appartiennent.

 

Après la prière du vendredi, tous les villageois ont rejoint le lieu de l'accident où le camion dépanneur est arrivé presque au même moment.  Après avoir inspecté le camion sinistré et les lieux, le chauffeur dépanneur demanda au gérant à ce que personne ne le dérange puisqu'il est du métier et qu'il a dépanné des centaines comme celui-là.

 

La première action, fut de redresser le camion pour permettre le déchargement des deux tiers des palettes de papier pesant chacune plus de 8 quintaux.

 

Une fois le camion redressé et tenu en l'état par un gros câble en fer, plusieurs jeunes se sont mis à l'oeuvre pour charger de pierres le sillage creusé par les roues de droite afin d'éviter que les roues s'enfoncent à nouveau une fois le câble desserré.  Puis ils ont soulevé la bâche et procédé au déchargement du papier en commençant par l'arrière.

 

Pour ce faire, ils ont utilisé une pelle mécanique et des petits camions. Ils se sont servis de la pelle mécanique pour soulever les palettes une par une et les placer dans les petits camions. Malgré le froid et la pluie qui tombe les jeunes ont très vite déchargé une grande partie de la cargaison.

 

Le dépanneur intervient alors pour desserrer le câble retenant le camion en équilibre. Puis, procède à l'attelage du camion par l'avant pour le tirer vers la chaussée goudronnée. Quelques instants plus tard, le camion en détresse est remis en marche avec le tiers de sa cargaison qu'il transporta jusqu'à l'imprimerie sous les regards et les cris de  joie de la foule qui assiste à l'événement.

 

D'ailleurs, un villageois a filmé le moment où le dépanneur tirait le camion et sa cargaison.

 

Après quoi, les jeunes ont retiré de la chaussée les piquets implantés la veille et ramassé les câbles et les poutres en métal avant de se rendre à l'imprimerie pour décharger les palettes de papier.

 

Par leur intervention spontanée, les villageois de Lemroudj ont prouvé une fois de plus que la solidarité communautaire est toujours vivante en eux et qu'ils sont unis à jamais quelque soient les difficultés rencontrées. D'ailleurs, cette solidarité s'est manifestée à plusieurs occasions pareilles.

 

Très émus, nous ne pouvons qu'applaudir et remercier tous les habitants de Lemroudj en les encourageant à y préserver cette solidarité à jamais. D'autres formes de solidarité sont à initier pour venir en aide aux nécessiteux quelques soient les circonstances.

 

Auteur : Rachid Sebbah




14/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres